Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 février 2010 4 11 /02 /février /2010 08:56
Les formes de mutualisation des associations :

  • La maison des associations 
  • La participation à des projets pilotés par les collectivités locales ex la journée de l'environnement
  • Les locaux partagés entre plusieurs associations
  • L'utilisation d'une base de données pour connaître les bonnes pratiques (ex projet en cours de l'atelier IDF sur les territoires d'IDF)
  • Participation au Comité de la charte pour les associations faisant appel aux dons
  • Création de pôle de l'ESS 
  • Groupement de coopération (ex secteur medico social)
  • Paiement de cotisations ou collecte des dons par Internet : IZI Collecte
  • Utiliser un groupement d'employeur ex emergences 
  • Accès à de l'information sur la paie des salariés : club asso emploi
  • Portail internet pour les associations proposé par des collectivités ou des entreprises : assoandco - associatheque - macif association - sevres
  • accompagnement partagé pour les porteurs de projets ex Carrefour des associations parisiennes
  • Formation et associations par les collectivités locales
  • Aides et accompagnement dans les fédérations et les organisations de l'économie Sociale et Solidaire
Bien sur il y a d'autres possibilités, n'hesitez pas à nous els communiquer en commentaires
Repost 0
11 février 2010 4 11 /02 /février /2010 08:52
Après vérification de l'existence d'une association et de son siège social à Paris, elle peut demander l'affichage d'une information et d'un événement pendant  un maximum de 4 périodes d'une semaine par an

Si l'association a un message de type événementiel ou culturel , elle peut utiliser le réseau des panneaux lumineux de la ville de Paris(15 jours maximum de diffusion)
Repost 0
8 février 2010 1 08 /02 /février /2010 17:55
De Michel Abhervé link

Les associations d'aide à domicile qui s'occupent des personnes agées dépendantes ou handicapées ont un coût supérieur au tarif fixé par la Caisse nationale d'assurance vieillesse (choix de la qualité et de la formation).
Raison principale : désengagement de l'état (la participation a l'APA a baissé de 50% à 30%)
2 points essentiels :
  • Une évolution de la prise en charge financière par la CNAF et les conseils généraux stagnante au moment ou les coûts en perosnnel croissant, en particulier là ou les employeurs ont pris en compte la sollicitation des pouvoirs publics d'avoir un personnel plus formé, pour améliorer la qualité du service
  • Une concurrence non régulée, facilitant les prestataires qui tirent les salaires vers le bas et concentreent leur action vers les zones ou la population est la plus dense et la plus favorisée.
-> il faut des solutions d'urgence
Repost 0
2 février 2010 2 02 /02 /février /2010 12:50
L'association Florimont Paris 14 souhaitant favoriser l'insertion des jeunes dans le monde du travail a fait appel aux 400 associations du 14 ème arrondissement.
Elle est persuadée qu'une expérience associative peut donner à des jeunes des atouts supplémentaires pour s'insérer dans la vie professionnelle.
Exemple : les associations qui accueillent des jeunes en stage ou en emploi aidé s'engageront auprès des entreprises qui recrutent pour leur recommander ceux qui ont réussi leur parcours dans l'association.
Une collaboration exemplaire entre les organismes d'insertion,les associations et les entreprises du 14éme et les jeunes
Repost 0
2 février 2010 2 02 /02 /février /2010 07:49
Une société coopérative de production SCOP, exerce sous forme de société anonyme ou SARL. Les salariés détiennent au moins 51% du capital et 65% des voix. Le profit est partagé entre les salariés sous forme de participation(de 25% à 84%). Les associés sous forme de dividende (au plus 33%) et les réserves de l'entreprise(au moins 16%) pour consolider les fonds propres
Les associés élisent parmi les mandataires qui dirigeront l'entreprise.
Aujourd'hui on en compte 1950(+200 en 2009 dont 70% de création)

Les SCOP ,une manière moderne de partager les risques et les revenus
Repost 0
20 janvier 2010 3 20 /01 /janvier /2010 07:47

Préalable

1 - Le rôle des associations

Renforcer la participation des citoyens à la vie de la Cité
Élément essentiel du mieux vivre ensemble et de la sauvegarde du bien commun
Force de propositions en prenant part au débat pour la détermination des orientations des politiques publiques
Démarche de co construction partagée

2. Le rôle de la Mairie

Reconnaissance des associations, expression forte de la vitalité du corps social
Les associations sont l'une des forces vives du territoire
Elles représentent une valeur économique indéniable et sont génératrices d'emplois
Soutien municipale en fonction de l'intérêt de son action à l'échelle du territoire

Conséquences pour chaque partie :

a) Les associations

- Faire vivre leurs statuts (fonctionnement démocratique en laissant sa place au débat contradictoire entre les membres
- Gestion financière collective transparente au service du projet associatif
-Assurer un égal accès de chacun et de chacune aux fonctions d'animation et d'administration
-Organiser la circulation de l'information pour mettre la participation des associés au centre de la vie associative
-Rechercher la mutualisation des moyens entre associations
-Participer avec les instances de la ville aux consultations sur les politiques publiques , aux débats publics et contradictoires
-Rendre compte de l'utilisation des fonds publics qui leur son t alloués
-Coopérer à l'élaboration des modalités de suivi , d'évaluation et le contrôle contribuant à l'évolution des actions associatives et des politiques publiques

b)  La ville

-Encourager et accompagner l'implication des individus dans la vie associative
-Promouvoir le bénévolat(valorisation des expériences et des acquis...)
-Faciliter les actions collectives et récurrentes par des modalités de subventionnement adaptées et notamment par             la  passation de conventions d'objectifs pluriannuelles
-Favoriser la transparence dans l'attribution des financements(système d'attribution -critères d'éligibilité..) en privilégiant la subvention(pour les actions d'initiative associative )ou les marchés non concurrentiels (lorsque l'initiative est municipale)
-Travailler à l'harmonisation des dispositifs de soutien(matériels- locaux et financements)
-Favoriser le travail collectif des associations et les regroupements associatifs
-Organiser périodiquement la consultation des associations en vue d'une meilleure connaissance réciproque pour une évolution pertinente des actions associatives et des politiques publiques
-Apporter son appui aux associations en vue de la formation de l'ensemble des associés et en particulier des bénévoles
-Exercer ses contrôles dans le respect de l'indépendance des associations et dans le cadre de procédures contradictoires


Ces principes serviront de base aux relations associations et ville et leur respect seront une con,dition essentielle à l'aide la ville  ex Ville de Roubaix (59)



Repost 0
14 janvier 2010 4 14 /01 /janvier /2010 17:56

Depuis quelques années , le développement d'associations sous forme de micro entreprise, pose le problème de l    la différenciation par rapport aux entreprises classiques et publiques.
Au delà du statut nous devons nous interroger sur les pratiques et les principaux critères qui fixeront l'appartenance ou non au secteur de l'Economie Sociale et Solidaire.
Exemple : Est ce la SARL Puerto Cacao fait partie de l'ESS (Commerce équitable - emploi de personnes en insertion -éthique du dirigeant...)? Pour ma part, sous reserve d'analyse plus approfondie je repond OUI car la partique est aussi importante que les déclarations

Repost 0
11 janvier 2010 1 11 /01 /janvier /2010 13:06

Il s'agit , au niveau d'un territoire de faire travailler ensemble et équitablement :

- L'entreprisecapitaliste

- L'entreprise ou la collectivité publique

- L'économie Sociale et Solidaire (associations, mutuelles , coopératives et fondations)

 

et ceci y compris dans le dialogue Nord/Sud

Exemple :La filière bretonne du coton bio

Repost 0
6 janvier 2010 3 06 /01 /janvier /2010 07:35

L'ESS est-elle une simple affaire de statut?

Patrick VIVERET lors des voeux à l'Atelier IDF a posé les constats suivants :

 1er constat: Nous traversons une période historique avec de vraies opportunités pour l'ESS(retour de la régulation -logique coopérative-re-localisation et réinvestissement des territoires).
2éme constat :Les pratiques des acteurs de l'ESS sont éloignées des valeurs affichées
Exemples : Quel est le rôle concret d'un sociétaire dans une banque coopérative ou une mutuelle de banque?
                      La monnaie SOL souffre pour son extension d'un manque de coopération à l'intérieur de l'ESS

3éme constat: L'ESS, pour s'enrichir doit repérer toutes les forces sociales crées sur tous les continents (forums sociaux - mouvement de logiciels libres...): capacité d'ouverture et réappropriation de la "joie de vivre"

Ce décalage entre les pratiques et les valeurs affichées se retrouvent dans la politique et les services publics

Quelques exemples de pratiques en relation avec les valeurs :

a) Un supermarché solidaire (Secours Catholique de Montbrison (Loire)
Des familles bénéficient de 60€ par mois (versés par le Secours Catholique)pour faire leur course au supermarché(avec 10% de réduction offerte par le magasin).En contrepartie les bénéficiaires s'engagent à participer assidûment aux activités du groupe parmi lesquelles un atelier de cuisine économique

b) L'AMAP : la Courgette solidaire 
c)La Fédération du Credit Mutuel de Nord Europe à Lille crée une caisse solidaire pour ceux qui sont exclus du système bancaire
d) Centre 77, association d'aide à la personne privilégie la relation humaine tout en gérant avec professionnalisme les fonds publics qui lui sont confiés

L'ESS doit privilégier une communication tournée vers la réalité quotidienne des usagers voire des salariés pour démontrer sa véritable plus value  sociale, économique et environnementale

Repost 0
3 janvier 2010 7 03 /01 /janvier /2010 13:48

Constat (associations composées uniquement de bénévoles) :

-  De nombreuses associations cherchent des adhérents qui participent à la vie de leur entité
-  Aujourd'hui le passage d'une génération à l'autre est difficile (poussée de l'individualisme et de la consommation)

Pour trouver ou rendre leurs adhérents "actifs", les responsables d'association doivent remplir certaines conditions :

-  Faire connaître leurs actions
-  Montrer en quoi des adhérents "actifs" sont  utiles à la vie et au dynamisme de leur association
-  Privilégier la transparence dans la communication
-  Élaborer un projet associatif(1) clair et motivant

En fait il s'agit de répondre à la question essentielle : "qu'est ce qu'être adhérent actuellement dans une association"

Le rôle d'un adhérent se situe à 2 niveaux dans l'association :

1. La stratégie ou politique de l'association

Lors de l'assemblée générale, il peut s'exprimer car les "élus" cherchent à recueillir son avis sur les choix de l'association ou les questions qu'ils se posent (éviter l'information seulement descendante).
Le rapport moral et financier au lieu d'être une simple formalité , doivent être l'objet d'une discussion animée par          le président (qui a reçu une formation pour cet exercice).

2. La réalisation de projets et la gestion opérationnelle de l'association

A partir de projets proposés par le bureau ou Conseil d'administration , les adhérents vont proposer leurs idées et l'organisation du débat doit permettre de recruter des futurs participants et d'enrichier les projets.

Un exemple de forme originale de participation (association de chorale  de Chatillon (92) A Coeur Joie Paris Centre :
Création de groupes d'action qui se voient confier des tâches opérationnelles lors de préparation et réalisation de concerts (ces groupes sont composés d'élus et d'adhérents). Ils permettent d'accroître le nombre des adhérents "actifs".

Si on veut des associations dynamiques, il faut promouvoir une présidence tournante (2 ou 3 avec un maximum de         5 ans) . Ces différents changements vont favoriser la participation de chaque adhérent qui souhaite devenir"actif" et conserver la créativité de l'association.

(1) Projet associatif : les raisons d'exister de l'association ,la stratégie et les plans d'action à mettre en place pour atteindre ses buts

N'hésitez pas à me faire part de votre expérience dans les points soulevés par cet article

Repost 0